East African CommunityEconomieEducation

Université du Burundi : un délestage qui fâche

266689

Les résidences universitaires de l’UB connaissent une coupure de courant, pendant la journée, depuis plusieurs mois. Les étudiants grincent des dents.

Tous les matins à 7h, le courant est coupé pour ne revenir que tard dans la soirée, à 17h, voire 18h. Tous les campus de la capitale sont concernés, depuis février dernier.

Des téléphones éteints tout le temps, des habits non repassés, des difficultés de faire les devoirs à domicile… Les étudiants affirment mener une vie infernale, suite à cette coupure.

Un étudiant en économie, résidant au campus Mutanga, ne mâche pas ses mots : « C’est honteux de passer toute une journée sans courant dans un telle université. C’est inédit!» Il se voit souvent obligé d’aller dehors pour charger sa batterie téléphonique. Dans les auditoires, il n’y a pas plus de trois prises de courant. « Trois prises pour une centaine d’étudiants !», désespère cet étudiant.

D’autres indiquent plutôt que leurs activités académiques sont perturbées. Selon l’un d’eux, le nouveau système BMD exige beaucoup plus de devoirs à domicile, des recherches sur internet… « Comment les faire sans courant ? D’autant plus que nous n’avons pas accès aux ordinateurs de la bibliothèque. Nous devons donc utiliser nos smartphones ou ordinateurs portables. »

Longin vient de terminer la 2e licence. En l’absence de courant pendant la journée, il dit avoir beaucoup de peine à rédiger son mémoire. Il est ainsi obligé de chercher du courant ailleurs. Même son de cloche pour les finalistes du système BMD, qui vont bientôt commencer à rédiger leurs rapports de stage.

« Cuisiner dans les chambres, pas question ! »

Selon Anatole Nzinahora, directeur de la Régie des Œuvres Universitaires(ROU), cette mesure est survenue à la suite de la supression du petit déjeuner. « Les étudiants se sont ensuite adonnés à l’utilisation de cafetières dans leurs chambres et la consommation du courant est devenue anormale.

De surcroît, indique M.Nzinahora, ils cuisinaient de la viande dans les chambres. Il confie que des étudiants ont été attrapés, au campus Kiriri, en train de « commettre ce délit ». « Pire encore, quelques chambres étaient devenues des secrétariats publics.

Le directeur de la ROU signale que la mesure sera levée à une condition : les étudiants devront signer un acte d’engagement de ne plus cuisiner dans les chambres.

Concernant l’inquiétude des utilisateurs d’ordinateurs, M.Nzinahora lâche : « Ils mentent, les étudiants n’ont pas d’ordinateurs. Ils sont pauvres ! »

 

 

 

Iwacu

What's your reaction?

Related Posts

1 of 53
WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE